TOP 10 FEMMES AMÉRINDIENNES

Femme Amérindienne -

10 FEMMES AMÉRINDIENNES DONT TU IGNORAIS L’EXISTENCE

de lecture - mots

En l’honneur de la Journée de la Femme ayant eu lieu le 8 mars, l’équipe de Chasseur de rêves souhaite rendre hommage à une catégorie de femmes souvent oubliée dans l’histoire et les récits : les Femmes Amérindiennes.

I) Les Femmes Amérindiennes : Guerrières et Meneuses de tribu

Les Femmes ont joué un rôle très important dans la vie des Amérindiens. Elles étaient plus que de simples mères restant à la tribu pour prendre soin des enfants : elles étaient des bâtisseuses 🔨 des guerrières ⚔️ des fermières 👩🏻‍🌾 et des artisanes. Leur force était essentielle à la survie des tribus amérindiennes. Cependant, beaucoup de gens ne connaissent que Pocahontas et beaucoup de femmes fortes restent dans l’ombre de l’histoire.

 

Dans la plupart des cas, les Femmes Amérindiennes étaient chargées de rassembler les matériaux et de construire les maisons pour tout le monde 🏠. Elles entretenaient le toit de leurs maisons et créaient de nouvelles maisons pour les tribus. Les hommes respectaient beaucoup les femmes amérindiennes et étaient conscients de leur rôle charnière au sein de la tribu. Les femmes des tribus amérindiennes aidaient souvent leurs hommes à chasser le bison🐃. Ensuite, lorsque le bison était récolté, les femmes s'occupaient aussi de le préparer pour le manger. Elles ramassaient également du bois de chauffage, cuisinaient et réparaient les vêtements et les chaussures.

GUERRIÈRE AMÉRINDIENNE

 

De nombreuses tribus amérindiennes croyaient aussi que les femmes avaient un pouvoir de guérison et pouvaient apaiser les âmes malades par leurs chants et leur connexion avec le monde des esprits 👻. Les guérisseuses récoltaient des herbes pour créer des remèdes pour ceux qui tombaient malades dans la tribu. De plus, la plupart des femmes amérindiennes étaient des maîtres artisanes qui fabriquaient de magnifiques couvertures, paniers et poteries. Les bijoux amérindiens étaient également très appréciés 💎. En sachant tout ça, il est difficile d'imaginer le bon déroulement de la vie dans les tribus sans les femmes amérindiennes. 

 

II) 10 Femmes Amérindiennes qui ont marqué leur époque 

Nous avons choisi uniquement 10 Femmes Amérindiennes (aussi appelées "Squaws") pour les besoins éditoriaux de cet article, mais ce nombre est une goutte d'eau dans l'océan à côté de la longue liste existante de braves femmes ayant eu un rôle de meneuse et de guerrière en leur temps. 💪

 

1) Wilma Mankiller : La célèbre Amérindienne Cherokee 

Commençons par une femme amérindienne célèbre. Citoyenne de la nation Cherokee, Wilma Mankiller est née dans l'Oklahoma en 1945. À l'âge de 11 ans, elle est transférée avec sa famille de leur maison ancestrale rurale en Oklahoma à San Francisco (Californie). Adolescente, Mankiller s'est impliquée dans le Centre indien de San Francisco, a aidé et soutenu le Black Panther Party à ses débuts, et a trouvé une inspiration militante dans l'occupation des étudiants amérindiens et la tentative de récupération de l'île d'Alcatraz. ✊

FEMME CHEROKEE : WILMA MANKILLER

 

Mankiller est retournée en Oklahoma en 1977 et a rapidement lancé un certain nombre de projets de développement communautaire 🤝. En 1983, elle devient chef principal adjoint de la nation Cherokee grâce à son charisme et la force de son leadership communautaire. Lorsque le chef principal a démissionné, Mankiller est devenue la première femme chef principale de la nation Cherokee moderne. Elle a occupé ce poste pendant dix ans. Mankiller au pouvoir, le nombre d'inscriptions dans la tribu a triplé, l'emploi a doublé, la mortalité infantile a diminué et les résultats scolaires ont augmenté. Toutes ces prouesses font d'elle une femme exemplaire. Elle décède en 2010 et aujourd'hui, la Fondation Wilma Mankiller travaille avec les communautés indigènes pour perpétuer l'héritage de Mankiller.

  

2) Buffalo Calf Road Woman : La Guerrière Amérindienne insoumise

En 1876, il y a eu un mouvement de revendication des terres dans le Montana par des tribus amérindiennes. Les Sioux Lakota, Cheyennes du Nord et les Arapahos ont voulu reprendre leurs terres mais n'ont rien obtenu. Pour défendre leurs terres, les Amérindiens des plaines du Nord ont donc affronté les troupes américaines dans une bataille sanglante qui a fait 260 morts parmi les soldats américains ⚔️. Cette défaite des États-Unis à la bataille de Bighorn est considérée comme l'action la plus réussie menée par les Amérindiens contre l'armée américaine dans l'Ouest.

GUERRIÈRE AMÉRINDIENNE : Buffalo Calf Road Woman

 

Selon l'histoire orale, la Buffalo Calf Road Woman, une Cheyenne du Nord, a porté le coup de grâce final à un général américain. Les anciens Cheyennes affirment que la Buffalo Calf Road Woman a fait tomber Custer de son cheval et l'a peut-être même tué 💀. Cet acte de bravoure n'est pas isolé pour la guerrière : une semaine avant cette bataille, elles s’est imposée en héroïne lors de la Bataille de Rosebud, lorsqu'elle a foncé à cheval 🐎 dans une mêlée de tirs pour sauver son frère d'une mort imminente. La bataille du Rosebud est aujourd'hui connue comme la "bataille où la fille sauva son frère" chez les Cheyennes.

 

STICKER ATTRAPE RÊVE GUERRIÈRE AMÉRINDIENNE

 

3) Zitkala-SA (Gertrude Simmons Bonnin) : Symbole de la Lutte pour les droits Amérindiens

Née en 1876 dans le Dakota du Sud, l'écrivaine, musicienne et activiste Gertrude Simmons (plus tard connue sous le nom de Zitkala-Sa) a grandi dans la réserve indienne de Yankton. Fille d'une mère sioux et d'un père blanc, Zitkala-Sa a vécu au sein de la culture sioux jusqu'en 1884. A l'âge de 8 ans, elle intègre le White Indiana Manual Labor Institute dans l'Indiana où son héritage amérindien n’a pas été respecté notamment en lui imposant de couper ses cheveux traditionnellement longs.

FEMME AMÉRINDIENNE : ZITKALA-SA

 

Adolescente, Simmons a changé son nom en Zitkala-Sa (qui signifie "oiseau rouge" en Lakota), et a poursuivi des études supérieures à l'université d'Earlham en Indiana et au Conservatoire de musique de la Nouvelle-Angleterre dans le Massachusetts 🎼. À cette époque, les possibilités d'éducation pour les femmes étaient peu nombreuses, surtout pour les femmes autochtones, et Zitkala-Sa avait du mal à se sentir chez elle parmi ses homologues, pour la plupart des hommes blancs. Elle a donc écrit sur son expérience de femme autochtone en matière d'éducation, et s'est fait connaître par ses puissantes critiques de l'assimilation culturelle forcée des Amérindiens dans des articles autobiographiques comme Impressions of an Indian Childhood et School Days of an Indian Girl. 📖

 

En 1926, Zitkala-Sa fonde le Conseil national des Indiens d'Amérique, une organisation qui défend les droits des citoyens, les possibilités d'éducation, l'amélioration des soins de santé, ainsi que la reconnaissance et la préservation de la culture. Elle a été la présidente de l'organisation jusqu'à sa mort en 1938.

 

4) Susan La Flesche Picotte : La première Femme Amérindienne Médecin

Dès son plus jeune âge, Susan La Flesche Picotte savait qu'elle voulait devenir médecin 👩‍⚕️. À tout juste 8 ans, La Flesche était assise au chevet d'une femme âgée malade et a attendu toute la nuit l'arrivée d'un médecin pour s'occuper d'elle. Au lever du jour, la femme âgée était morte, et le message envoyé par l'absence du médecin était clair : la vie d’un Amérindien n’a pas d’importance pour les Américains.

 

La Flesche s'est alors jurée de s'occuper des membres de sa tribu Omaha. La Flesche a obtenu son doctorat en médecine au Women's Medical College de Pennsylvanie, devenant ainsi la première femme médecin amérindienne de l'histoire. Elle est ensuite rentrée chez elle où elle a travaillé sans relâche pour servir plus de 1300 patients.

Susan La Flesche Picotte

 

La Flesche a épousé Henry Picotte, un indien sioux, et a ouvert un cabinet à son nom. En plus de fournir des soins de santé essentiels à sa communauté, elle a également plaidé en faveur de pratiques d'hygiène modernes et de normes de prévention des maladies chez les Omaha 💉. En 1913, La Flesche a ouvert un hôpital 🏥 près de Walthill, dans le Nebraska, le premier du genre construit sur des terres de réserve sans aucun soutien du gouvernement américain. L'établissement a servi à toutes les personnes, quelle que soit leur couleur de peau. Aujourd'hui connu sous le nom de Centre Susan La Flesche Picotte, il a été nommé monument historique national en 1993.

 

5) Annie Dodge Wauneka

Tout comme Susan La Flesche Picotte avant elle, Annie Dodge Wauneka était animée par l’envie d’offrir des soins aux gens de son peuple 💉. Après avoir été témoin d'un événement tragique qui s'est déroulé au sein de sa tribu. Wauneka n'avait que 8 ans et fréquentait une école dans une réserve Navajo lorsqu'une épidémie de grippe a frappé et anéanti des milliers de Navajos et leurs enfants, dont certains des camarades de classe de Wauneka.

FEMME AMÉRINDIENNE : Annie Dodge Wauneka  

Inspirée par la volonté de changer les choses dans sa communauté, Wauneka a travaillé sans relâche pour améliorer la santé et le bien-être des Navajos durant sa vie d'adulte. Ayant observé de près la pauvreté et la maladie qui sévissaient dans la plupart des Navajos lors de ses voyages sur le territoire Navajo avec son père (un chef et président du Conseil tribal Navajo), Wauneka a étudié la santé publique avant de rejoindre elle-même le Conseil tribal Navajo. Elle a créé un dictionnaire anglais-navajo 📒 pour aider à définir les pratiques modernes de soins de santé, comme les vaccinations, pour les Navajos non-anglophones. 

En reconnaissance de ses contributions remarquables, Wauneka a reçu la Médaille présidentielle de la liberté 🏅, première femme amérindienne à recevoir cet honneur prestigieux. 

 

6) Maria Tallchief : La Ballerine de Prestige 

Née dans une ville de la réserve d'Osage dans l'Oklahoma, Maria Tallchief s’est surpassée pour atteindre les sommets du ballet en tant que première ballerine du New York City Ballet 💃🏼. Mais avant d'obtenir des rôles dans certains des ballets les plus connus et les plus appréciés du monde de la danse, Tallchief a été victime de discrimination en tant que ballerine amérindienne dans une profession presque entièrement blanche. Elle a été rejetée en raison de ses origines amérindiennes. Beaucoup l'ont même poussée à changer son nom de famille, car cela trahissait son identité autochtone

Femme Amérindienne : Maria Tallchief  

Mais Tallchief a refusé et s'est finalement élevée au-dessus de tout cela. En plus de devenir la première grande danseuse étoile d'Amérique (et la première danseuse étoile amérindienne), elle a été la première danseuse américaine à danser avec le Ballet de l'Opéra de Paris et la première Américaine à se produire au Théâtre Bolchoï de Moscou. 💃🏼

 

7) Running Eagle : La Guerrière Amérindienne Intrépide

Running Eagle était une grande guerrière amérindienne ayant une grande renommée sur le champ de bataille ⚔️. Elle était un membre très respecté et incroyablement humble de la tribu Piegan. À l'âge de 15 ans, elle était déjà une chasseuse d’élite et était une des meilleures de son clan pour chasser le bison.

Après que son mari ait été tué au combat, elle s'est tournée vers l'Esprit du Soleil pour venger sa mort. Ses prouesses guerrières lui permirent de mener d'innombrables raids à l'ouest des montagnes Rocheuses. Offensé par le fait qu'une femme mène les raids contre eux, elle a été tuée par la tribu des Flatheads.

 

8) Nanye-hi (Nancy Ward)

Nanye-hi est née dans le clan des Cherokees vers 1738. En 1755, elle se tenait aux côtés de son mari lors d'une lutte contre les Cris, préparant les munitions pour les hommes au combat. Lorsque son mari fut mortellement blessé, Nanye-hi s'empara d'un fusil, rallia ses compagnons de combat et entra elle-même dans la bataille 🔫. Avec elle à leurs côtés, les Cherokee ont gagné la bataille. 💪

Nancy Ward Guerrière Amérindienne

 

Au fil des ans, certains Cherokees ont voulu se battre contre les Européens qui continuaient à s'entasser sur leurs terres. Mais Nanye-hi, qui a probablement réalisé que les Cherokees ne pouvaient pas gagner contre les colons a pensé que les deux parties devaient apprendre à vivre ensemble 👫 (elle a elle-même épousé un Anglais). La recherche de la paix n'a pas empêché Nanye-hi de reconnaître les dangers de la cession du territoire Cherokee en 1817, elle a plaidé sans succès pour ne pas céder plus de terres. À sa mort en 1822, elle avait passé des années à essayer d'aider son peuple à s'acclimater à un monde en mutation. ☮️

 

9) Sacagawea

Indienne Shoshone née vers 1788, Sacagawea a été kidnappée par les Hidatsa (autre tribu amérindienne) alors qu'elle avait environ 12 ans. Elle a fini par être acquise par Toussaint Charbonneau, un commerçant canadien-français, avec qui elle s'est mariée.

FEMME AMÉRINDIENNE : Sacagawea

Lorsque Charbonneau a été engagé comme traducteur pour l'expédition Lewis et Clark, Meriwether Lewis et William Clark ont également voulu profiter des connaissances linguistiques de Sacagawea. Sacagawea est partie avec l'expédition le 7 avril 1805, deux mois seulement après avoir accouché. Elle emmène son fils, Jean Baptiste, pour le voyage, où la présence de la mère et de l'enfant est un atout incontestable : les tribus n'emmenant pas de femmes et d'enfants à la guerre, le groupe n'est pas perçu comme une menace par les tribus rencontrées.

Sacagawea meurt en 1812, peu après avoir donné naissance à une fille, Lisette. Indiquant à quel point il l'avait appréciée, c'est William Clark qui a pris la responsabilité des enfants de Sacagawea.

 

10) Sarah Winnemucca

Née vers 1844 dans l'actuel Nevada, Sarah Winnemucca  a appris l'anglais et l'espagnol dans son enfance, en plus de trois dialectes indiens. Dans les années 1870, ces aptitudes l'ont amenée à servir comme interprète. 🗣️

Sarah Winnemucca

Pendant la guerre de Bannock de 1878  Winnemuccca a montré ses capacités en travaillant comme éclaireur de l'armée. Elle a également sauvé un groupe de Paiute dont son père faisait partie. Winnemucca, qui a assisté au mauvais traitements des amérindiens par des américains, décida de plaider pour les droits  Amérindiens à vivre sur leurs terres. Winnemucca est morte en 1891. 

 

Tableau Attrape Rêve Femme Multicolore

 

Cet article nous a bel et bien montré que les femmes amérindiennes n'ont jamais été que des mères restant à la tribu pour s'occuper des enfants. Comme dit au début, il reste encore énormément de femmes à qui rendre hommage à tel point qu'il n'est pas possible de tout traiter en un article. N'hésite pas à commenter cet article avec le nom de femmes amérindiennes inspirantes, peut-être que nous en ferons une suite ! 

🤩 Pour apprécier la beauté et la force de ces femmes, jette un oeil à nos Produits Attrape Rêve Femmes Amérindiennes.

📖 Tu peux aussi te procurer ce magnifique ouvrage photographique :  Le monde sacré des femmes amérindiennes : Paroles et images du passé - Judith Fitzgerald. 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Reçois en exclusivité nos derniers articles